Fin des Extreme Sailing Series ? OC Sport Uk licencie ses équipes

Extreme Sailing Series 2016. Act 1. Muscat Oman. Picture shows the Oman Air winning Act 1. skippered by Morgan Larson (USA) with team mates Pete Greenhalgh (GBR) Ed Smyth (NZL) , Nasser Al Mashari (OMA) and James Wierzbowski Credit - Lloyd Images

Le circuit Extreme Sailing Series (ESS), anciennement appelée l’iShares Cup, a été créé en 2007 par Mark Turner. A l’époque, les courses se déroulaient en catamaran extrem40 avant de basculer sur le GC32 à foils en 2016. Les courses proches des spectateurs, à l’image de ce qui se passait sur la Coupe de l’America à Valence, a rencontré un beau succès, fruit d’un savant mélange de sport, marketing et communication. Le circuit attirait les meilleurs skippers et équipage de la Coupe, les sponsors étaient nombreux et le circuit rentable. Un beau succès pour Mark Turner.

En juillet 2014, le Groupe Télégramme est devenu l’actionnaire majoritaire d’OC Sport. Mark Turner souhaitant vendre pour se concentrer sur son nouveau poste de CEO de la Volvo Ocean Race, Volvo souhaitait lui dynamiser sa course et appliquer les bonnes recettes marketing et communication éprouvées par Mark Turner sur son circuit depuis 7 ans.

En juillet 2014, OC Sport était présentée par le Télégramme comme ceci :
Créé en 1993 par Mark Turner – avec Ellen MacArthur à ses côtés de 1997 à 2010 – OC Sport est un groupe international spécialisé dans le marketing et l’événementiel sportif, tant dans la voile professionnelle (Extreme Sailing Series, The Transat, Barcelona World Race, Artemis Offshore Academy, Dongfeng Race Team …) que dans les sports outdoor, notamment le cyclisme amateur (Haute Route Alpes, Haute Route Pyrénées, Haute Route Dolomites Alpes Suisses) et le running (Harmony Genève Marathon for Unicef, Marathon des Alpes-Maritimes Nice-Cannes). Présentes au Royaume-Uni, en Suisse, en France et à Singapour, et fortes de 110 collaborateurs, les équipes d’OC Sport interviennent dans l’organisation d’événements, la gestion de droits, le management d’équipes de haut niveau, mais aussi le conseil auprès de marques globales, de collectivités publiques et d’autres organisateurs d’événements. En 2014, OC Sport sera impliqué dans 36 événements, dans 15 pays et 4 continents, soit plus de 200 jours de compétition. Le groupe réalise 90% de son activité en dehors de France, et l’Asie constitue aujourd’hui son axe prioritaire de développement.

Hervé Favre, nommé en mai 2018 co CEO d’OC Sport en charge de l’ensemble des activités voile aux côtés de Rémi Duchemin, qui dirige les activités outdoor, a fort affaire. Plusieurs projets dans la voile se sont arrêtés faute d’avoir su trouver des partenaires et d’avoir eu la vista d’un Mark Turner. La Barcelona World Race, Artemis Offshore Academy et maintenant les Extrem Sailing Series.
Depuis 2015, OC Sport sous la houlette du Télégramme, a voulu contrôler l’intégralité du circuit GC32 mais c’était pas sans compter sur la réticence de la Classe et des propriétaires qui, s’ils étaient content de trouver un organisateur, étaient réticent à venir sur des plans d’eau parfois scabreux entre des building, répondre à des contraintes marketing au prétexte d’avoir des partenaires ou des villes prêtes à débourser une certaine somme pour l’organisateur. C’est sur cette contradiction que le GC Racing tour a pu continuer et que deux ans après, la classe a décidé de réunifier sa flotte. Une décision qui vient après le retrait de plusieurs équipes sur les deux circuits qui laissait les deux circuits avec 5-6 bateaux chacun. Un non-sens.

Le sort des ESS s’est joué en septembre lorsque la classe a décidé de fusionner les 2 circuits. OC Sport a souhaité organisé l’ensemble et s’est heurté à la classe mais surtout a du faire face au retrait de la plupart des partenaires historiques des ESS comme Land Rover et d’autres qui n’ont pas renouveler leurs contrats. Guillaume Semblat a quitté la filiale Oc Sport UK en septembre qu’il dirigeait et d’autres licenciements ont suivis.
On ne sait pas à ce jour ce que va devenir la filiale UK. Heureusement, la Route du Rhum est terminée comme le souligne Hervé Favre : “La Route du Rhum permet à OC Sport d’être rentable sur un cycle de 4 ans”.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here