L’AC75 vu par Quentin Lucet VPLP

0

Qu’en pense Quentin Lucet de VPLP, du concept d’AC75 présenté par TNZ. Nous l’avons interrogé. 
Ce qui est rigolo c’est que nous avions fait un petit brainstorming chez VPLP avant que le concept soit publié pour imaginer quel genre de propositions pourraient faire TNZ après avoir annoncé qu’ils partaient sur un monocoque. On était 12, on s’est dit que par rapport à l’historique des dernières coupes, dans le fond, la notion de monocoque ou de multicoque ne veut plus dire grand-chose dans la mesure où les bateaux ne touchent plus l’eau. La réflexion qu’on avait entre faire un catamaran avec un pod central qui ne touchait pas l’eau au port mais qui volait sur ses foils ou de faire un monocoque ou un trimaran qui repose sur la coque centrale et avec les foils qui permettent de faire voler le bateau, n’est pas très loin de la configuration proposée par TNZ.

Les foils basculants c’est innovant
Cela fait partie des réflexions que nous avons pour les Imoca actuellement. Ce sont des sujets qu’on imagine et que nous avions même envisagés, pas aussi poussés, mais dans le cadre du dernier cycle des Imoca dans la mesure où on avait le droit à 1° de liberté pour la dérive foil. On avait dessiné une dérive qui pouvait être aussi bien horizontale que verticale ayant comme un axe de rotation de quille. C’est une idée qui vient et qui repart. Cet axe de rotation sur une dérive classique permettait d’avoir cet axe de rotation sur une dérive normale et la fonction un peu de DSS. Je trouve que le concept est très novateur, intéressant et dans l’air du temps.

Le mot audacieux pour qualifier cet AC75 est à retenir, cela a surpris tout le monde même chez VPLP…
oui. Sur ces aspects. On voit en Imoca comment on est passé d’un bateau archimédien à un bateau archimédien à foils et où les prochaines générations seront de vrais foilers. On se rencontre que petit à petit pour avoir du couple sur un bateau, il n’est pas nécessaire d’avoir une quille pour faire de l’antidérive. Le gros revers de la médaille en partant dans cette voie-là c’est tout ce qui concerne la stabilité, la sécurité. Là, il semblerait qu’ils aient trouvé des solutions. Dans l’audace du projet présenté, cela pose beaucoup de questions : comment les faire bouger ces fameux foils qui sont impressionnants en terme de taille et de forme.

Les foils en « T » étaient obligatoires…
Non pas du tout. Cela fait partie des choses qui sont étudiées en ce moment. Faire des foils en « T » cela n’a pas que des aspects positifs. Il y a des interactions à gérer, des cas de chargement qui vont solliciter la structure de manière très importante. Ce n’était pas forcément nécessaire de faire ces foils là. Quand on pense à la vocation de ces foils, c’est de faire de l’anti dérive et de la portance. Quelque chose que l’on peut faire avec un foil en « L ». Cela permet juste de générer de plus de surface pour générer cette andérive et cette portance sans faire de foils trop longs peut-être.

Le côté anti chavirage c’est garanti ?
Je ne sais ps. S’ils en parlent, j’imagine qu’ils se sont posés la question. Je ne me rends pas compte. Est-ce que c’est quelques chose qui est asservi. On ne sait pas trop. Dans l’absolu si on casse un foil, ce qui arrive de temps en temps, j’ai du mal à voir comment on peut garder un bateau droit. En terme de sécurité, c’est une vraie question.

En terme d’historique, on connait un bateau déjà comme cela…
Qui s’affranchit complètement de la quille, je ne crois pas. Il y avait le Kant volant mais qui avait une quille.

Le poids du bateau, on parle de 5 tonnes
Un bateau de 60 pieds sans quille fait déjà 4 tonnes. Si on rajoute 25 pieds de plus avec le gréement plus grand, cela devrait faire beaucoup plus que 5 tonnes. A cela, il faut rajouter les 10-12 hommes d’équipages. On sait dessiner des foils qui poussent une tonne. On l’a fait en multi comme sur Banque Pop. Le safran joue aussi son rôle de portance. Tout ce qui concerne la régulation et les systèmes associés au réglage de foils, cela va être passionnant. Là, le bateau va être moins stable.

Vous avez commencé à travailler…
On va commencer très vite à réfléchir sur le concept présenté. Chercher à savoir ce qu’ils ont voulu faire. Rentrer dans le détail pour effectivement imaginer quel genre de réponse on pourrait faire.  Le design de la coque perd un peu de son importance. Tout l’ensemble coque appendice va rester ouvert. Il y a matière à réfléchir. C’est super excitant de passer sur une nouvelle ère. C’est un peu l’adn de notre métier. Il y a une sacrée évolution envisagée et un certain nombre de verrous technologique à débloquer. C’est super intéressant.

Vous avez signé avec une équipe ?
Nous sommes en discussion mais je ne peux rien dire.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here