18.6 C
Barcelone
vendredi 24 mai 2024

Ineos dévoile son AC75

A lire aussi

Ludovic Sorlot
Ludovic Sorlothttps://www.cuplegend.com
Rédacteur en chef du magazine CupLegend

C’est très tôt le matin que l’AC75 d’Ineos a été dévoilé sur sa base à Barcelone. Le bateau s’inscrit dans la lignée du prototype T6.

Le sujet de discussion le plus évident est la forme de la coque. Ce que les Britanniques ont recherché, c’est un marchepied depuis leur prototype de bateau « T6 » avec une agitation volumineuse et intégrée à la proue avec une petite bouchain remontant le long de la ligne de quille jusqu’à une agitation inférieure aux bords tranchants comme un rasoir qui arrête quelques pieds de la poupe.

L’évasement de la proue se situe quelque part à mi-chemin entre les Kiwis et les Italiens. Mettre fin à l’agitation avant que le tableau arrière laisse vraisemblablement la majorité de la mécanique du gouvernail au-dessus du pont sur le portique, il y a donc un compromis aérodynamique avec un portique arrière considérable, mais magnifiquement sculpté, qui crie le design de la Formule 1. L’écoulement arrière presque plat et presque mort est une zone peu susceptible de toucher l’eau en vol – c’est du moins ce que l’on pense – et est similaire à ce que nous avons vu ailleurs.

Le domaine le plus intéressant dans ce cycle de Coupe est le moulage aérodynamique du pont et ici, INEOS Britannia semble avoir réussi. De forme similaire à celle d’Emirates Team New Zealand et de Luna Rossa Prada Pirelli, mais avec peut-être un peu plus de « tunnel », le pont arrière est hautement optimisé aérodynamiquement. Les pods cyclor se terminent par un pincement progressif qui s’étend jusqu’au tableau arrière et les quatre pods de chaque côté semblent être à nouveau un grand clin d’œil à l’aéro – nous en verrons plus lorsque le RB3 sera lancé. Sur la proue, il y a un moulage considérable qui semble en forme de nez tombant, sans aucun doute le résultat d’heures interminables de simulations pour créer un écoulement parfait dans les focs.

Sir Ben Ainslie, directeur de l’équipe INEOS Britannia et skipper, a déclaré : « C’est un grand jour pour l’équipe. Nous avons gardé RB3 secrète pendant si longtemps qu’il est presque surréaliste de la voir sortir du hangar et à la vue du public ici à Barcelone. Des milliers d’heures de travail ont été consacrées à ce bateau et c’est donc formidable de pouvoir enfin le révéler au monde. Les choses s’accélèrent vraiment dans la campagne maintenant, et nous sommes impatients de lancer RB3 et de nous mettre à l’eau très bientôt.

La fusion de l’éminent architecte naval Martin Fischer et de l’équipe Mercedes Applied Science de Brackley, dans le Northamptonshire, a produit quelque chose de très spécial ici et avec une équipe expérimentée de marins de l’America’s Cup, les espoirs sont grands et de plus en plus grands qu’enfin la Grande-Bretagne ait le design qui est capable d’approfondir la compétition avec une chance de remporter l’Auld Mug.

Comme toujours, ce qui se passe en bas avec les commandes des voiles, la transmission de puissance, l’électronique et la mécatronique pourrait faire la différence entre le succès et l’échec – et c’est là qu’INEOS Britannia pourrait bien surprendre. Le programme britannique de la 37 e America’s Cup de Louis Vuitton a fait un pas de géant aujourd’hui et les semaines à venir verront la campagne s’intensifier avec de longues heures sur l’eau pendant que le bateau est prêt pour la course. Serait-ce le bateau qui les surpasse tous – le temps nous le dira.

Rapport de reconnaissance sur l’eau – INEOS Britannia : Le challenger of record, INEOS Britannia, a déployé son nouvel AC75, RB3, à 05h15. Le yacht, sans son gouvernail, a tourné autour du parvis sur son berceau motorisé pour faire face au vent du sud, avant une longue journée de mise à niveau du mât et de calibrage des instruments.

L’arc à plomb commence brusquement et maintient une montée raide vers le berceau avant, s’évasant vers un fond plat à partir des pivots du bras de foil. Une agitation notable commence sous une forme bulbeuse, à environ 1 m de la proue, continue jusqu’au tableau arrière, se rétrécissant vers la poupe. Un mince aileron s’étend horizontalement le long de l’agitation, s’élargissant à mesure que le fond de la coque s’élève pour rejoindre le pont, se terminant quelques mètres avant le boîtier du gouvernail.

Le sheerline s’élève depuis la proue et le pont plat continue jusqu’aux pontons. Les sidepods commencent derrière les bras inclinés du foil, contenant 4 nacelles d’équipage alignées de chaque côté, séparées par un pont de tranchée d’environ un pied de profondeur. La tranchée s’étend à plat au milieu jusqu’au tableau arrière, avec un léger évasement pour rejoindre les pontons. Les pontons se rétrécissent vers le tableau arrière mince, maintenant les dessus plats et la ligne droite en ligne droite vers le bas. Les côtés supérieurs rencontrent le fond plat à un angle de 90 degrés.

Seule la moitié arrière du pont était visible de l’extérieur de la base. Le système d’écoute de grand-voile repose dans son berceau sur le pont, relié à des flexibles. On peut voir une réa reliée à l’extrémité du vérin d’écoute de grand-voile, avec deux vérins d’écoute de peau de grand-voile de chaque côté (non reliés entre eux). Le voyageur est assis dans une découpe sous le pont. Le carénage de la mèche de gouvernail adopte un contour concave en vue en plan du corps, avec des ouvertures sur les bords de la queue.

Les feuilles étaient enveloppées sous les bras inclinés de la feuille unique. Le bord d’attaque du film s’éloigne légèrement de la section unique et continue vers l’avant de l’ampoule torpille. Les ailes d’aspect élevé se connectent à l’arrière du bulbe, légèrement anédriques, avec des bouts d’ailes prononcés. Les extrémités des ailes tribord étaient recouvertes de boîtes, peut-être avec des ampoules de caméra comme sur ARBR Boat One. Vers la fin de la journée, le carénage s’est légèrement affaissé, révélant un travail de peinture apparemment inachevé.

Le gréement a été déployé avec les actionneurs Harken Cunningham désormais installés. Le mât a été mis à 06h50, avec des niveaux laser sur des échasses et des rubans à mesurer lâchés de la coque, pour trouver l’orientation du bateau. L’équipe a travaillé au réglage du gréement selon une procédure stricte. Le gréement a été abaissé à 08h30, les travaux ont été effectués et de nouvelles estropes installées. La plate-forme a été de nouveau mise en marche à 12h20 et les travaux se sont poursuivis au-dessus et au-dessous du pont jusque tard dans la soirée. Le mât était toujours levé à 20h00.

- Publicité -

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Publicité -

Derniers articles