30.5 C
Barcelone
jeudi 18 juillet 2024

Design. Des AC75 très différents !

A lire aussi

Ludovic Sorlot
Ludovic Sorlothttps://www.cuplegend.com
Rédacteur en chef du magazine CupLegend

La 37e America’s Cup a connu une accélération au mois d’avril avec la mise à l’eau des nouveaux AC75. Des bateaux aux formes assez différentes qui promettent une édition passionnante, et dont les premières courses commencent dans moins de 90 jours. Le temps est compté pour chaque équipe afin de maîtriser son AC75 à la perfection et trouver les clés de la performance. Les Kiwis ont remodélisé leurs rivaux et sont confiants.

Ce sont les Suisses d’Alinghi Red Bull Racing qui les premiers, le 5 avril, ont présenté sur leur base à Barcelone leur nouvel AC75, BoatOne, avec un show joliment orchestré histoire de voler la vedette aux autres challengers. Les formes du bateau helvète ont été dévoilées un court instant avant que l’AC75 ne retourne dans son hangar. Mais c’est le defender, Team New Zealand, qui le premier, le 12 avril, a mis à l’eau son AC75, sur sa base à Auckland. Une présentation sans chichis, suivie d’une navigation par forte brise dans le golfe de Hauraki. Il fallait oser et avoir confiance dans le bateau et le design team pour naviguer dans ces conditions pour une toute première fois. Le lendemain 13 avril, l’équipe italienne Luna Rossa Prada Pirelli baptisait son bateau devant une foule de tifosis recueillis, et le dévoilait revêtu d’un magnifique covering chromé rappelant son AC72 de la Coupe à San Francisco. Sans nul doute le plus beau bateau de cette 37e édition.
Le 16 avril, les Suisses mettaient à l’eau leur bateau et effectuaient la première navigation d’un nouvel AC75 sur le plan d’eau de Barcelone. Le 26 avril, ils étaient rejoints par les Anglais d’Ineos, qui dévoilaient leur bateau RB3 avec son design radical. American Magic suivait le 7 mai avec les premières navigations de Patriot 2.0. Les Français quant à eux recevaient leur AC75 sur leur base le 6 avril, avec un baptême prévu le 29 mai.

Les temps de navigation à bord des AC75 sont précieux et on peut constater que les Néo-Zed, Italiens, Suisses et Anglais sont dans le meilleur timing. Les Néo-Zélandais doivent encore transporter leur AC75 d’Auckland par cargo. Ils n’ont pas les moyens de prendre un Antonov comme les Américains. Le bateau est parti le 25 mai. Avec les problèmes en Mer Rouge il devrait mettre 2 à 3 semaines pour arriver à Barcelone. Un temps précieux. Les Américains, partis un peu tardivement sur cette Coupe, en paient le prix. Ils ont un mois de retard sur le Defender dans la mise à l’eau de leur bateau. Quant aux Français, ils auront presque le double de retard et il est déjà clair qu’ils seront l’équipe qui aura navigué le moins sur son bateau avant de se confronter aux autres. Ils peuvent espérer naviguer entre 30 et 40 jours tout au plus avant les premières courses, le double de temps pour les autres. Les régates préliminaires commencent le 22 août à Barcelone puis, tout de suite après, le 29 août, le premier round robin. Rappelons qu’à l’issue des round robins, un challenger sera éliminé avant les demi-finales.
Design des bateaux
Cette deuxième génération de bateaux a été dessinée à partir d’une jauge modifiée des AC75 de la première édition. Les principaux changements visuels, auxquels on pouvait s’attendre, portent sur les cockpits (avec la réduction du nombre d’équipiers, passé de onze à huit), l’autorisation de cyclors à bord (on ne winch plus à la force des bras désormais, mais à la force des jambes), et enfin la suppression du bout-dehors. Le système One Design de descente et de remontée de foils reste le même. Des modifications ont été apportées sur les voiles et sur de nombreux détails, mais qui concernent davantage les systèmes ou matériaux utilisés à bord, donc invisibles de l’extérieur.
Enfin, pour tous les design teams qui en sont à leur troisième AC75 (pas Alinghi et Orient Express, dont les bateaux ont été construits pour la 36e America’s Cup à Auckland), il a fallu prendre en compte la spécificité du plan d’eau de Barcelone et ses conditions de navigation de septembre à octobre, caractérisées par une brise qui passe de très légère à forte, de régulière à irrégulière au fur et à mesure de la compétition entre août et octobre, et par des vagues qui peuvent être importantes et perturbantes.
Les deux équipes de la dernière America’s Cup, Team New Zealand et Luna Rossa, ont imaginé un design dans la même veine que celui qu’elles ont produit précédemment. L’effort a porté sur l’aérodynamisme, particulièrement soigné dans les moindres détails. Les bateaux se ressemblent un peu par la forme longitudinale de leur carène. On peut mettre dans cette même famille le bateau suisse d’Alinghi Red Bull Racing, qui s’est beaucoup inspiré du deuxième AC75 des Néo-Zélandais. Il se distingue seulement par un cockpit avec un aéro à l’arrière plus long et une bosse à l’avant de l’étrave pour mieux canaliser l’air au point d’amure du foc et éviter d’avoir de la traînée.
Les Anglais ont fait un choix plus radical avec un skeg très prononcé ; la forme très mince qui s’étend sur toute la longueur en dessous de la coque sert à l’aérodynamisme, pour empêcher l’air de passer tout en permettant au bateau d’avoir un point d’appui sans trop de traînée. Cela lui confère une coque très massive, et l’équipage navigue assez haut.
Les Américains ont poursuivi également leur design dans la lignée de Patriot, qui semblait prometteur sur la dernière édition de la Coupe (mais il s’était littéralement crashé et avait failli couler). Leur nouvel AC75 porte d’ailleurs le nom de Patriot 2.0. S’il ressemble un peu à son prédécesseur avec sa forme arrondie vue du dessus, il a le volume de coque le plus petit des AC75. Pour y parvenir il a modifié l’implantation de l’équipage. Barreur et régleur sont devant à côté, les cyclors à l’arrière, plus à l’intérieur du bateau pédalent presque couchés.
Les Français quant à eux, ont un bateau identique à celui des Néo-Zélandais dont ils ont acheté le design package.
Si la forme de coque joue un rôle important, les voiles, les systèmes et les appendices sont tout aussi prépondérants. On peut observer que les foils et les safrans testés par les équipes ont des formes radicalement différentes, équipés de flaps plus ou moins larges qui permettent de gérer l’assiette du bateau.
Les Néo-Zed semblent être parvenus à avoir les appendices les plus fins possible, avec un système d’actionneur dans leurs foils qui permet in fine d’avoir un minimum de traînée. Pour ne pas être en reste, ils ont également développé un système de gestion d’écoute de GV très ingénieux. Comme les bateaux n’ont pas le droit de s’entraîner ensemble, on ne saura exactement quelles équipes disposent du meilleur bateau qu’à l’issue du premier round robin. Il y a fort à parier que Luna Rossa Prada Pirelli et Team New Zealand sortiront du lot, même si le second ne participe pas directement à la sélection des challengers. Reste à savoir où se situent les Suisses, les Anglais et les Américains, et comment les Français arriveront à maîtriser leur bateau. Tout reste ouvert surtout sur un plan d’eau assez aléatoire. Il reste encore 90 jours pour se faire une idée.

Dan Bernasconi, responsable du design de l’équipe néo-zélandaise et à l’origine de l’AC75 n’a pas voulu attendre. Avec son équipe, il a construit et testé des versions numériques 3D de ses rivaux. « D’après nos tests, ils sortent tous plus lentement que les nôtres. Nos outils, de manière rassurante, ne favorisent aucune des autres formes de coque ou de foil, mais certaines sont très proches et il y en a dont nous dirions qu’elles étaient de quelques secondes par course, différentes des nôtres. Il y en a d’autres pour lesquels nous nous grattons un peu la tête et disons, eh bien, vous savez, soit nous nous sommes vraiment trompés, soit eux se sont vraiment trompés. C’est donc intéressant», a-t-il déclaré. « D’après notre analyse actuelle, nous dirions qu’il pourrait y avoir des différences de performances assez importantes entre un ou deux d’entre eux – je parle en quelque sorte de 30 ou 40 secondes par course.»
Les Français peuvent être rassurés.

- Publicité -

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Publicité -

Derniers articles