Les Américains marquent leur premier point

0
24/06/2017 - Bermuda (BDA) - 35th America's Cup 2017 - 35th America's Cup Match Presented by Louis Vuitton, Day 3

Il aura fallu attendre la 6è course pour voir l’un des plus beaux matchs de cette 35e édition. Ce soir, les kiwis mènent 4 à 1 face aux Américains qui se sont un peu rassurés. Pas sûr que cela soit suffisant. Le travail effectué ces 5 jours a quant même payé et permit au Defender de rattraper quasiment l’essentiel de son déficit de vitesse au près. Au portant, les deux bateaux semblent avoir la même vitesse. Seule la capacité des kiwis a exploiter au mieux le parcours avec un Peter Burling qui n’a que cela à faire, leur permet d’être devant. La Coupe va se jouer sur l’excellence avec deux équipes qui sont parvenues à hisser au plus haut leur niveau de jeu. Pour autant, le scénario de la « remontada » comme à San Francisco s’annonce difficile pour les Américains. Ils sont à peine au niveau des kiwis et on sent Jimmy Spithill fébrile à l’image de la course 5 où il manque son départ puis de nombreuses manœuvres. Les kiwis n’étaient pas loin de gagner la dernière course et ils ont encore un léger avantage en vitesse. Tom Slingsby sauve son équipe à la fin de la course 6 en trouvant la bonne risée pour reprendre les 2 longueurs qui manquaient mais difficile d’avoir toujours la vista face à Glenn Ashby et Blair Turke. Quoi qu’il en soit, on se régale enfin sur ce Match. Il était temps même si demain et lundi les conditions attendues seront quasiment les mêmes. On aurait aimé les voir dans une bonne brise à 45 nds.

Course 5 : Jimmy fébrile perd la course tout seul
Avant la course, c’est un Jimmy Spithill moins sur de lui qu’à son habitude, plus tendue, blessé au poignet la veille, qui s’est dit confiant tandis que Peter Burling a tenté lui, d’en dire le moins possible. Le vent était de 11 nds plus que les prévisions attendues.
La phase de départ est plutôt classique mais Oracle arrive trop tôt près de la ligne et la franchit ensuite trop tôt. Une prise de risque inutile sanctionnée par une pénalité. Dans un bord de portant à 38 nds les Neo zed semblent plus rapides et parviennent à faire un seul empannage puis virent la bouée en choisissant le côté des Américains pour les contrôler.
Les américains reviennent et passent devant au premier virement. C’est le premier test au près. Ils semblent beaucoup mieux. Les neo zed prioritaires repassent devant et chasse USA17 mais qui ne réagit pas assez tôt. Ils écopent d’une pénalité et perdent la course là-dessus. Ils enchaîneront ensuite des mauvaises manoeuvres portant l’addition à plus d’une minute d’écart. Les kiwis l’emportent et mènent 4 à 0. A bord du bateau americain, les visages sont tirés, un peu sonnés.

Race 6
Entre les 2 courses on a vu le coach Philippe Presti débriefé l’équipe américaine avec sa tablette comme à son habitude. L’équipe s’est « regroupée » et c’est un autre visage qu’elle va montrer. Le départ est l’un des plus agressifs de Spithill. Il parvient à prendre un bon départ et passe la mark1 en tête. Les kiwis empannent les premiers. Les Americains restent devant à une longueurs jusqu’à la gate où ils empannent devant les kiwis. L’écart est de 6s. Les kiwis virent les premiers. Le vent est de 11nds. Les vitesses sont à peu prés les mêmes. Les Americains croisent devant les kiwis avec une longueur d’avance. Un écart qui se stabilise après 2 autres croisements. Les américains restent concentrés et ne manquent pas leur manœuvre. A la gate 4, l’écart est de 12s, les neo zed splittent. Le vol est proche 100%.
Au portant les kiwis reviennent alors que le vent faiblit. A l’approche de la bouée 4, les kiwis passent devant en profitant d’une risée et d’une faute des américains qui font trop de chemin pour aller chercher la bondary. Au bord de près l’écart est d’une longueur pour les kiwis. A l’approche de la bouée 5, USA profite d’une bonne risée pour refaire son retard. Les americains chassent les kiwis les obligeant à ralentir au passage de la bouée. Les kiwis perdent de précieuses secondes. L’écart est de 160m au premier empannage. Un éacrt suffisant pour passer la bouée 6 avec 12s d’avance et marquer leur premier point sous la pression des neozed. Sans doute l’une des plus belles courses.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here