La St Bart Cata Cup sur les chapeaux de roues

0

Les conditions cette année sur la St Barth Cata Cup, rendez-vous annuel très prisé des équipages de F18, sont plus toniques que l’année dernière. Certains équpages en ont fait le sfrais avec un mât cassé et une blessure aux genoux. Avec un flux d’est soufflant entre 16 et 20 nœuds, les meilleurs équipages de F18 ont peu régater sur les deux courses lancées par le comité en baie de Saint-Jean puis une deuxième, plus longue, entre les îlets Tortue et Bœuf.  Si les figures de style ont été nombreuses et les sorties de pistes parfois radicales, à l’image de celle du duo Kévin Gréaux – Hervé Brin (SBDE) qui s’est terminée par un mât plié en deux, la bagarre a été belle à tous les étages et en particulier aux avant-postes. Au final, si les Belges Patrick Demesmaeker et Olivier Gagliani (Les Perles de St Barth) puis les Grecs Iordanis Paschalidis et Konstantinos Trigonis (St Barth Assurances) se sont chacun octroyé une victoire de manche, la première place est occupée ce soir par les Argentins Pablo Volker et Sergio Mehl (Paraboot by Maxwell & Co), auteurs d’une belle régularité avec deux places de deuxième, et ainsi vainqueurs du Grand Prix « DESIGN AFFAIRS-OO1 ».

« Ça a été une belle première journée. En termes de résultat, on est content puisqu’on termine 1er et 5e. Ça a été un peu la surprise de gagner le premier round et je pense qu’on a un peu énervé tous nos concurrents car ils se sont tous bien réveillés dans la manche suivante ! Le niveau de jeu est élevé et tous les favoris sont visiblement en forme ! », a assuré Patrick Demesmaeker, manifestement à l’aise dans les conditions sportives, mais malgré tout impressionné par la vitesse de ses adversaires Grecs. « Ils sont super rapides et d’ailleurs, ils ont remporté la deuxième régate avec une très belle avance mais ce n’est pas une vraie surprise. Ceux qui ont fait le Mondial le mois dernier en Floride, comme Mitch Booth, ont dit qu’il fallait des jumelles pour les voir tellement ils sont impressionnants », note de son côté Olivier Gagliani qui compte donc sur les quelques erreurs que pourrait faire le tandem Iordanis Paschalidis – Konstantinos Trigonis pour ne pas le laisser s’imposer une deuxième fois consécutive à Saint-Barth. Et de boulette grecque, il en a justement été question lors de la première course. « Nous avons pensé que la ligne d’arrivée était la même que celle du départ or ce n’était, en fait, pas le cas. Nous nous sommes alors trop rapprochés de la côte et nous sommes tombés dans un trou de vent, ce qui nous a fait perdre de nombreuses places », a expliqué le barreur, qui a ainsi rétrogradé de la 4e à la 11e place et perdu de précieux points. « Disons qu’il nous a fallu une manche de réglage mais demain, ça ne va plus se passer comme ça ! », a ajouté le Grec qui annonce donc la couleur et qui compte bien ne pas rester longtemps à la 5e place du classement.

Les favoris au rendez-vous
Un classement mené ce soir par les Argentins Pablo Volker et Sergio Mehl (Paraboot by Maxwell & Co) qui frappent, pour leur part, fort d’entrée de jeu pour leur première participation à l’épreuve. « Globalement, on a pris de bons départs et on a réussi à s’installer aux avant-postes assez tôt. On a ainsi réalisé une très belle journée et pour être honnête, on ne s’attendait pas à être si bien classé ce soir », a avoué Sergio Mehl que ses concurrents ne sont cependant pas franchement surpris de retrouver à ce niveau de jeu. Et pour cause, lui et son acolyte ont récemment terminé 10e du Mondial F18. De plus, l’un et l’autre affichent un palmarès solide en ClassA. « On sait que la bagarre va être intense jusqu’au bout et ce, quelles que soient les conditions », assure l’équipier sud-américain, pas mécontent que le comité de course ait retardé le départ de la première course aujourd’hui. « Si on était parti comme prévu à 10 heures, ça aurait vraiment très venté, avec le passage de deux grains à plus de 30 nœuds. Je pense que ça a vraiment été une bonne décision pour tout le monde que le départ ait été légèrement décalé », a ajouté l’Argentin. Et ce ne sont pas les équipages plus amateurs qui diront autre chose, bien au contraire même. Quelques-uns, à l’image de Dan Maxwell et de Nick Lovisa (Maxwell & Co) ont même carrément préféré rester à terre pour éviter de se faire peur, tandis qu’une poignée d’autres a finalement abandonné après avoir cassé du matériel comme, on l’a dit, Kévin Gréaux et Hervé Brin (SBDE), les deux jeunes St Barth victimes de la casse de leur mât dont la suite de la compétition est malheureusement compromise. Idem pour Pierre Altier et Olivier Sanz (Moh’s Place), l’équipier étant confronté à une déchirure ligamentaire au genou. Quoi qu’il en soit, la suite promet d’être belle autant qu’intense surtout que ce vendredi, pour le Grand Prix Eden Rock Villas Rental, entre 25 et 27 nœuds sont annoncés pour la première partie de la journée, avant que le vent s’assagisse un peu dans l’après-midi. De quoi garantir, une nouvelle fois, du joli spectacle… et quelques cascades.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here