Prada Cup. Jour 2, les Anglais en tête dans une journée sans vent

Les conditions de vent étaient très légères 8-14 nds offrant très peu de possibilités de voler aux AC75. Les parcours ont été raccourcis sur les deux manches. Des conditions très handicapantes pour les Americains qui ont perdu leurs deux matchs du jour et sont derniers de ce premier Round Robin. Leurs mauvais départ sur les deux courses ne les a pas aidés. Les italiens marquent leur premier point sur ce Round robin face aux Americains.
Les Anglais eux confirment et gagnent en confiance.

FRANCESCO BRUNI – Barreur Luna Rossa Prada Pirelli
«C’était très difficile aujourd’hui avec ces conditions. Nous sommes très heureux d’avoir gagner. C’était une de ces courses que vous pouvez gagner ou perdre très facilement. C’était vraiment exigeant pour les garçons de produire de la puissance, c’est plus difficile dans le vent plus léger que dans les vents plus forts. Donc, ils ont fait un travail fantastique. Le bateau a toujours eu assez de puissance pour pomper, pour décoller et je suis très fier d’eux.
Je pense que dans le vent léger nous avons un avantage grâce à nos gros foils. En fait, c’est une combinaison de choses: nous avons de la puissance dans les voiles et de la puissance dans les foils. On aime bien le vent léger, mais aujourd’hui ce n’était pas tant une question de vitesse mais plus de capacité à rester sous pression. Et je pense que nous avons fait du bon travail. Rester calme et serein, c’est de loin la chose la plus difficile… surtout pour les Italiens.

SIR BEN AINSLIE, Chef d’équipe et skipper INEOS TEAM UK
«Ce fut une course difficile compte tenu de l’enjeu. C’était le plus dur pour les grinders, ils ont travaillé dur tout le temps, car aujourd’hui c’était beaucoup plus intense d’essayer de garder le bateau sur les foils. À chaque manœuvre, si vous sortez des foils, cela pourrait être la fin de la course. Les gars ont fait un excellent travail et Giles a également essayé de trouver la petite brise qu’il y avait. Je ne suis pas sûr qu’aujourd’hui soit une lecture précise de notre performance, car elle était si gonflée, si sournoise, et il s’agissait simplement d’essayer de rester dans la pression. Nous ne savons toujours pas avec des vents légers comment nous nous positionnons, mais c’est certainement une énorme amélioration par rapport à ce que nous étions il y a trois semaines. Nous verrons comment nous allons au fur et à mesure que nous progressons dans la compétition, nous continuerons à pousser.

TERRY HUTCHINSON American Magic Skipper, directeur exécutif et tacticien
«Nous étions hors du coup aux deux départs, ce qui nous a tout de suite laissés derrière. De là, nous avons lutté dans la brise légère. Lors de la deuxième course, nous avons eu une situation similaire, nous étions un peu bloqués sur le timing d’entrée et sommes sortis du cadre. Encore une fois, nous avons bien navigué, nous nous sommes rapprochés du sommet et il s’agissait de savoir qui avait la pression. De mon point de vue, il n’y a pas grand chose à redresser, nous devons rester patients, faire confiance à nous-mêmes et faire confiance à notre équipe, ce que nous faisons, et continuer à progresser, il reste beaucoup de choses à faire encore, et nous continuerons à nous battre .
Statistiquement, nous naviguons au cours du mois le plus venteux de l’année, donc je pense que lorsque vous concevez et prenez une décision pour votre bateau, des situations comme celles d’aujourd’hui créent des différences.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here