Russell Coutts se confie à Cuplegend

Russel Coutts fait le point sur l’organisation de la Coupe, nous parle de Franck Cammas et des autres défis qui pourraient rejoindre la Coupe.

Le boss (Néo-Zélandais – 53 ans) de l’organisation America’s Cup Event Authority et d’ORACLE TEAM USA, l’actuel Defender américain de la 35ème America’s Cup, fait le point sur l’installation de la nouvelle édition aux Bermudes. Quintuple vainqueur de l’America’s Cup, il est également en charge de l’organisation des Louis Vuitton America’s Cup World Series qui se disputeront dans le monde entier en amont des Louis Vuitton America’s Cup Qualifiers et des Playoff puis de l’America’s Cup Match presented by Louis Vuitton en juin 2017…

Les Bermudes ont été sélectionnées pour accueillir la 35ème America’s Cup il y a 7 mois. Quelles sont vos premières impressions et sont-elles à la hauteur de vos attentes ?

Russell Coutts : ‘Oui le bilan actuel est excellent et il se situe bien au-delà de nos espérances ! Le gouvernement des Bermudes a mis tous les moyens nécessaires en place pour faire de cette édition un véritable succès. Les infrastructures, les bases techniques des équipes à la base maritime de Dockyard ainsi que les bureaux au centre-ville d’Hamilton, ont été livrés et disponibles avec presque 6 mois d’avance sur notre planning.

Concernant le plan d’eau, nous bénéficions vraiment de conditions de navigation idéales. Les trois équipes qui s’y entraînent régulièrement (TEAM ORACLE USA, ARTEMIS RACING et BEN AINSLIE RACING) se réjouissent de la zone de course, située juste devant la marina de Dockyard, lors de chaque entraînement sur le Great Sound.

Connaissiez-vous auparavant les Bermudes ? Y êtes-vous souvent de passage et quelles sont vos priorités lorsque vous êtes sur l’île ?

Russell Coutts : ‘J’avais déjà navigué ici aux Bermudes en 1999, Argo Cup. Je savais donc que les Bermudes offraient un cadre paradisiaque pour régater. Et ce à moins de deux heures de vol de New York ! Cet emplacement si proche de la côte Est des USA constitue une fantastique opportunité d’un point de vue stratégie commerciale et surtout télévisuel grâce au faible décalage horaire aussi avec l’Europe. Désormais, je m’y rend chaque mois pour gérer les affaires courantes d’America‘s Cup Event Authority (l’organisation – 25 employés dont de nombreux locaux) qui collabore avec America’s Cup Bermuda (ACBDA le comité local composé de 6 bermudéens).

 

En décembre dernier, les critiques à propos de Bermudes n’étant pas un bon choix commercial étaient nombreuses. Mais depuis les annonces de nouveaux partenariats commerciaux se sont enchaînés. Etes-vous satisfaits des retombées médiatiques actuelles ?

Russell Coutts : ‘Oui nous sommes vraiment satisfaits des retombées jusqu’à ce jour. Je pense que c’est aussi grâce à tout notre travail en amont effectué depuis la 34ème édition à San Francisco où nous avions adapté le format des régates à celui des programmes TV. De plus, nous avons accentué la visibilité de nos partenaires que nous avons mis en valeur lors des événements. Avec ces efforts trois autres défis pourraient potentiellement nous rejoindre. Le plus avancé est un défi chinois. Nous regardons actuellement les conditions de leur entrée mais nous ne le ferons pas à n’importe quel prix. Nous ne voulons pas d’un défi qui n’est pas la capacité d’être réellement compétitif.

Louis Vuitton est finalement de retour en tant que partenaire de cette 35ème édition. A-t-il été difficile de conclure un partenariat? Est-ce bon signe ?

Russell Coutts : ‘Au-delà du nouveau partenariat commercial, je me réjouis vraiment que cette grande maison de luxe française soit de nouveau associée à l’événement. Leur confiance après plus de 30 ans est la preuve d’un respect mutuel de nos intérêts. Et oui, comme dans un cercle vertueux, nous confirmerons d’ici peu d’autres grandes annonces’.

 

Expliquez-nous quelle est votre démarche avec le groupe Canal + ? Pourquoi la France est un marché si important pour l’America’s Cup ?

Russell Coutts : ‘Canal + est l’un des groupes télévisuels leader dans le monde entier. A l’instar de notre partenariat avec NBC et BBC, il était essentiel de l’annoncer dès le début de cette nouvelle édition. Nous avons deux autres annonces télévisuelles importantes à venir qui me tiennent à cœur.

 

Pourquoi les équipes challengers ont-elles décidé de régater sur un catamaran de taille réduite ?

Russell Coutts : ‘Plusieurs équipes souhaitaient régater à bord d’un catamaran plus petit dès le premier jour de leur nouvelle campagne dont ORACLE TEAM USA et EMIRATES TEAM NEW ZEALAND, les deux équipes finalistes de l’édition précédente. Les images retransmises Le Defender américain opère désormais ici aux Bermudes avec 62 personnes au lieu de plus de 130 personnes à San Francisco. Cette réduction du personnel simplifie la gestion des équipes au quotidien qui se consacrent désormais à l’essentiel, c’est-à-dire la recherche et le développement des appendices de leur futurs America’s Cup Class pour 2017.

 

Quel est l’impact de cette réduction des coûts pour une équipe comme Team France par exemple ?

« Si Franck Cammas et son équipe parviennent à boucler le financement leur campagne et qu’une bonne gestion s’ensuit, ils peuvent tout à fait prétendre à remporter la Coupe ! »

 Suite de l’interview dans l’application Cuplegend Magazine sur iPad.
https://itunes.apple.com/fr/app/cuplegend-magazine/id440973753?mt=8

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here